Bienvenue chez CENTURY 21 Marché Escudier, Agence immobilière BOULOGNE BILLANCOURT 92100

Que s’est-il passé dans l’immobilier en France au premier semestre 2019 ?

Publiée le 12/09/2019

Le mois de septembre marque le début d’une nouvelle année scolaire et est l’occasion de faire un point sur ce qu’il s’est passé dans l’immobilier en France dans les premiers mois de 2019.

 

Le prix de l’immobilier à Paris a franchi la barre de…

10 000 € le m² ! Dans certains quartiers de la capitale, ce montant peut même dépasser les 15 000 €. Une bonne nouvelle pour les propriétaires actuels dont le logement prend de plus en plus de valeur, une moins bonne pour les futurs acquéreurs. En effet, selon Le Figaro, il faut désormais gagner près de 11 000 € par mois pour devenir propriétaire de 70 m² à Paris. Les notaires ont même affirmé que ce montant était en constante évolution et pourrait atteindre 10 300 € à l’approche de l’automne. On notera que les prix de l’immobilier ont flambé en 10 ans, avec une hausse de 60%.

 

Le crédit immobilier a atteint un taux historiquement bas de…

1,7 % ! Depuis quatre ans, les français empruntent à des taux de plus en plus bas, si bien que ce taux toutes durées confondues atteint aujourd’hui 1,17 % selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Si vous possédez un bon profil (revenus élevés et réguliers, bon apport), vous pourrez même prétendre à un taux encore plus bas, soit moins de 1% dans certains organismes. Ce qu’il faut se dire, c’est qu’il y a dix ans ce taux s’approchait des 4%. Cette facilité d’accès à l’emprunt entraîne un fort dynamisme du marché immobilier : les demandes de prêt ont augmenté de 10 % en un an par rapport à juillet 2018. Bonne nouvelle, la Banque Centrale Européenne a reporté la hausse de taux au plus tôt à mi-2020.

 

Le nombre de ventes immobilières dans l’ancien a dépassé…

1 000 000 ! C’est ce qu’ont annoncé les notaires et l’Insee, ce qui prouve encore une fois le réel dynamisme du marché immobilier en ce moment. Record historique puisque, depuis la création des bases notariales il y a trente ans, jamais ce seuil n’avait été franchi. Ce nombre de vente s’explique notamment par la baisse des taux d’emprunts qui rend l’accès à la propriété plus simple pour de nombreux foyers. Néanmoins, cette fois activité a eu un impact sur les prix de l’immobilier comme nous avons pu le voir précédemment.

 

Le marché immobilier de Boulogne-Billancourt quant à lui tend à se rapprocher de celui de Paris de par son dynamisme en termes de biens vendus.